Le lien entre la marche et les dents chez le petit enfant

Le lien entre la marche et les dents chez le petit enfant 2021-02-25T07:26:01+00:00

Texte par Élodie Lascar, ostéopathe

 

Depuis maintenant 10 ans, je traite de plus en plus de nouveaux-nés (entre 1 et 28 jours), nourrissons (29 jours à un an) et enfants (après un an) à la clinique. J’adore ça.

Vous connaissez déjà certains bienfaits de l’ostéopathie sur les bébés grâce aux nombreux articles à ce sujet.

Ceci-dit, j’en ai remarqué un autre intéressant qui s’est avéré être efficace sur quelques cas très précis.

Il s’agit d’un lien entre le passage à la station debout et la sortie des premières dents.

J’ai pu vérifier au moins 3 cas flagrants de jeunes enfants qui après 14-15 mois, ne marchaient toujours pas. Le point commun entre ces 3 enfants : à peine 2 incisives étaient sorties. Je me suis donc rappelée le séminaire d’une femme exceptionnelle que j’avais suivi en 2008. Il s’agit de Mme M.J Deshayes, orthodontiste, ostéopathe et paléontologue. Elle nous avait parlé de l’importance de la mobilité crânienne en se concentrant sur l’articulation centrale qu’on appelle la symphyse sphéno-basilaire, qui est constituée de 2 os essentiels à notre développement et à notre passage de la station assise-4
pattes puis enfin debout.

Ces 2 os sont le sphénoide, qui est l’os central à l’intérieur de notre crâne, et qui participe à la formation de l’orbite osseuse, des sinus aériens du crâne (intéressant donc à travailler lors de sinusites aigues ou chroniques), à la mâchoire (avec l’attache de muscles masticateurs). Il a aussi un lien avec les fonctions de l’oreille interne, le bon développement cérébral et la santé hormonale (glande hypophyse sur la selle turcique du sphénoide).

Étymologiquement, son nom signifie en grec ‘’aspect en forme de coin’’. Au cours de l’évolution, cet os a perdu 30% de sa longueur depuis l’homme de
néandertal , notre visage étant moins projeté en avant actuellement. Le 2 ème os est l’occiput, qui s’articule avec le sphénoide et qui fait la jonction entre le crâne et la colonne vertébrale.

Ainsi, lorsque nous nommons la base du crâne, nous faisons référence à l’occiput et aux 2 premières vertèbres du cou.

Cette articulation sphénoide-occiput (que nous nommerons sphéno-basilaire), forme un véritable couple, tant ils sont complémentaires et se mobilisent ensemble autour de 3 axes leur permettant des mouvements de flexion, rotation et inclinaison. Ils sont à l’essence même de la mobilité du crâne et au début de la mobilité vertébrale, et lorsque nous naissons, cette articulation doit être travaillée tant elle est sujette à des pressions et contraintes internes et externes lors du passage dans le canal vaginal. (cf articles sur l’ostéopathie et les nourrissons).

Voici donc un résumé sur l’importance de cette articulation dans notre mobilité global en tant qu’humain.

Maintenant, revenons au fait que l’os sphénoide participe activement à la mastication grâce, entre autres, à l’insertion de muscles masticateurs importants (les muscles ptérygoidiens).

Le sphénoide s’articule en avant avec un os se nommant l’os palatin… Entendons dans palatin le mot palais..
Et cet os s’articule avec le maxillaire supérieur.
À eux 2, ils forment le complexe du palais buccal (cavité supérieure de la bouche).

L’os sphénoide s’articule également avec l’os temporal (entendons le mot tempe), qui lui, participe à l’articulation temporo-mandibulaire (ATM). C’est à dire la mâchoire.

Ci-dessus, nous avons donc tous les éléments anatomiques et biomécaniques pour imaginer et comprendre les liens et les conséquences directes lors d’un blocage de l’articulation sphéno-basilaire et les fonctions de la bouche (par le palatin, le maxillaire supérieur, le temporal et la mandibule ou maxillaire inférieur), et les conséquences sur la colonne vertébrale qui pourraient retarder la marche (si la symphyse sphéno-basilaire est bloquée en flexion, la tête aura du mal à aller en extension. Ce qui entrainera un blocage au niveau de la colonne vertébrale et donc une difficulté pour l’enfant à se relever).

Je pourrais maintenant citer 3 cas intéressants et qui correspondent à l’explication citée ci-dessus.

En résumé, il s’agit de 3 enfants entre 9 mois et 16 mois.

Les 3 stagnaient vraiment à la station 4 pattes (rien d’anormal pour l’enfant de 9 mois me direz-vous. Exact, mais ce même enfant n’avait aucune dent de sortie. Dans ce cas, c’est un peu moins normal et cela prouve certainement un blocage de la symphyse sphéno-basilaire).

Sur ces 3 enfants, après avoir testé le corps et le crâne, j’ai trouvé pour les 3 des dysfonctions de la symphyse sphéno-basilaire (des dysfonctions de compression, flexion et rotation principalement).

Après avoir traité ces dysfonctions et détendu les muscles alentours (masseters et muscles du cou), puis avoir travaillé les os temporal et palatin par de petites techniques intra-buccales non invasives, le résultat a été flagrant!!! Dans les 2 semaines suivant le traitement, au moins 2 dents étaient sorties.
Dans le mois, au moins 3 dents étaient sorties et les enfants commençaient à passer à la station debout!!!

Une des petites patientes a suivi des séances de physiothérapie en parallèle, ce qui a été très bénéfique pour elle et ce qui prouve encore une fois, que les différentes thérapies sont complémentaires. Nul ne peut se venter de réussir à lui seul de traiter vos besoins.

Après ces résultats, j’en été moi-même étonnée.

Vous pouvez vous-même observer votre enfant et remarquer si il a un oeil plus ouvert que l’autre, ou encore une oreille plus basse et/ou plus décollée que l’autre. Tous ces signes anatomiques d’asymétrie démontrent des dysfonctions crâniennes plus ou moins contraignantes et conséquentes au bon déroulement de la croissance de votre enfant.

N’hésitez pas à m’écrire ou venir me voir pour discuter de cela, si vous voulez des références ou faire traiter votre enfant. Je me ferai un plaisir.

Elodie Lascar DO MOQ.

Valérie Maynard, Ostéphathe
Clinique La Santé au Féminin